“Il est plus difficile de désagréger un préjugé qu’un atome. ”

Albert Einstein

mais…

“Il n'est rien de plus puissant qu'une idée dont l'heure est venue”

Victor Hugo

La Croisade pour la santé est une initiative de Bernard Clavière pour rappeler que le jeûne est le premier moyen naturel de santé

Au cours des deux éditions de cet événement sans précédent, une centaine de participants ont marché pendant 14 jours (de Gironde-sur- Dropt à Paris en 2008 et de Talence à Toulouse en 2009), en jeûnant – donc sans aucun apport alimentaire.

Après une enfance marquée par les problèmes de santé, Bernard décide à l’âge de 18 ans de prendre la responsabilité de la gestion de sa vie et de sa santé.
Le résultat est impressionnant : un niveau de santé enviable et une incidence nulle sur le déficit de la Sécurité sociale ; il n’a pas pris un médicament depuis 40 ans !

Depuis, Bernard Clavière se consacre entièrement à la promotion des moyens naturels de santé, dans l’objectif de soulager ceux qui souffrent et ne trouvent pas de solution à leurs problèmes dans le cadre de la médecine officielle, chimique et technologique.

Il affirme, paraphrasant Winston Churchill : « La santé est une chose beaucoup trop sérieuse pour la laisser aux médecins et autres vendeurs de drogues, qui, pour être légales, n’en sont pas moins toxiques et dangereuses ».

On peut le comprendre, au vu des scandales à répétition qui agitent régulièrement le monde médical et pharmaceutique.

Bernard affirme : « Si l’accès aux soins de santé est une responsabilité de l’Etat, l’accès à la santé est une responsabilité individuelle. »
Un discours qui séduit beaucoup de déçus de la médecine allopathique officielle.

Le jeûne est le premier moyen naturel de santé :

  • Le plus simple – même si simple n’est pas forcément synonyme de facile, en l’état actuel de nos dépendances et conditionnements…
  • Le plus ancien – plus vieux que l’espèce humaine : tous les mammifères cessent de s’alimenter dès qu’ils sont malades. Sauf l’homme… Faut-il voir là un usage délétère et regrettable de notre libre-arbitre, faculté qui justement, nous distingue du monde animal ? Le jeûne est le moyen de santé primordial, inné, intrinsèquement lié à la vie mammalienne. Car physiologiquement, nous sommes des mammifères.
  • Universel, accessible à tous – quel que soit le niveau de vie, le revenu, l’éducation, jeûner ne demande aucune compétence, aucune formation, aucune expertise…
    Le jeûne n’est pas une thérapie, une médecine, une méthode ; il en est au contraire l’absence totale. Le jeûne, c’est l’art suprême de ne RIEN faire ! Et tout le monde est capable de ne rien faire…
  • Le plus efficace – des dizaines de livres, des centaines d’études scientifiques, mais surtout, des millions de témoignages de guérison des maladies les plus graves…
  • Gratuit !
  • … et sans risque ! Faire quelque chose peut être dangereux – prendre des médicaments, subir une chimiothérapie, etc. –, mais ne RIEN faire ne peut présenter le moindre risque.

Beaucoup de gens qui sont obsédés par l’idée de ‘faire quelque chose’ au moindre bobo, auront du mal à comprendre que seule la Nature peut guérir. Et que la formidable puissance et intelligence de la Nature ne peut opérer que si nous cessons d’interférer et de croire que nous contrôlons, que nous gérons, que nous sommes aux commandes. Notre seule responsabilité consiste à savoir quand il faut tout arrêter…, et s’abandonner…

 Le jeûne est la forme suprême d’abandon à la puissance de vie et de guérison qui est en nous.

Et puis, vous imaginez, s’il y avait eu des accidents depuis tant de siècles que les gens jeûnent, certains esprits vindicatifs se seraient fait un plaisir de le faire savoir !
Or, rien. Aucun accident ayant pour cause le jeûne. Bien au contraire, le jeûne ne procure que des bienfaits…

Bien sûr, il peut arriver que des gens meurent dans des cliniques de jeûne.
Beaucoup meurent aussi dans les hôpitaux, sur la route, chez eux ou au travail !
On meurt partout. Hors accident, quand le moment est venu, lorsque le corps a trop enduré, trop lutté, trop résisté, on meurt, c’est tout. Même si on vient de commencer un jeûne, et non pas PARCE qu’on vient de commencer un jeûne.

Mais lorsque la fin approche, jeûner permet de réduire ou souvent éliminer la souffrance.

À une époque où le budget de la sécu s’enfonce dans un abîme de déficit, 
où tant de gens souffrent sans trouver d’issue à leur calvaire, 
et souvent meurent prématurément, 
peut-on encore tolérer que le jeûne soit considéré 
comme une pratique bizarre, suspecte… ou même dangereuse ?

Par définition, les moyens naturels de santé mettent en œuvre les ressources de la Nature et des lois de la vie, auxquelles l’humanité, étant donné son niveau actuel d’évolution, ne comprend toujours pas grand-chose.

Le seul expert est la Nature. Dans sa perfection, elle ne peut se tromper.

Les experts appartiennent au monde de la science, des choses et des circonstances classifiables.

Or, il n’existe pas deux organismes vivants identiques, et seule la Nature avec sa parfaite intelligence, peut s’adapter à cette infinie diversité.

Le jeûne est l’instrument privilégié de la Nature pour rétablir un équilibre biologique perdu, et pour le maintenir.

Il est une opération sans bistouri, donc sans risque de porter atteinte à d’autres tissus.

Il « mange » les tumeurs, les carcinomes, les déchets métaboliques et alimentaires accumulés, les cellules mortes, malades… en sachant parfaitement faire la différence entre une cellule saine et une cellule malade, ce dont le bistouri est incapable.

Le jeûne est enseigné de nos jours dans un nombre croissant de facultés de médecine, malheureusement pas en France.

Il est pratiqué dans des centaines de cliniques et lieux de cures de par le monde.

Pour tout savoir sur le jeûne et sa merveilleuse efficacité, lisez le livre
de Bernard Clavière  :  « Et si on s’arrêtait un peu de manger … (de temps en temps) »

Tant qu’il n’y aura pas partout,

  1. Des maisons de jeûne non médicalisées pour tous
  2. Des cliniques de jeûne avec accompagnement médical pour les malades,

Tant que le jeûne ne sera pas conseillé partousles médecins…

 … la Croisade pour la santé aura sa raison d’être !

L’objectif de la Croisade est donc de sensibiliser le public le plus large aux bienfaits du jeûne, ainsi qu’à certains moyens de santé ancestraux simples et naturels, aujourd’hui oubliés ou marginalisés, lorsqu’ils ne sont pas officiellement discrédités (comme l’hygiène intestinale par l’irrigation du côlon).

Bernard Clavière a ainsi voulu :

  • Interpeller le public par une action inédite, touchant à une activité des plus sacrées : manger.
  • Émouvoir : « ils sont fous, ils ne vont pas tenir, on ne peut pas faire ça…
  • Provoquer la réflexion : « je ne croyais pas que c’était possible… »
  • Sensibiliser : « c’est intéressant, je vais essayer… »
  • Éduquer, en encourageant le public le plus large, les enseignants, et les médecins qui rechignent encore à évoluer, à reconsidérer leurs idées sur l’alimentation et la vie saine afin de cesser de perpétuer des clichés, idées fausses et autres préjugés qui font tant de mal à notre civilisation…
  • Revendiquer auprès de nos autorités politiques et médicales un changement d’attitude vis-à-vis des concepts de l’alimentation saine, des moyens naturels de santé – dont le premier d’entre eux, le jeûne-, qui devraient se trouver au premier plan de la pratique médicale courante.

Mais d’où est venue l’idée de la Croisade ? Lire la suite

Partagez l’événement sur vos réseaux !